La Force des s@ges
Bulletin électronique mensuel de l'AQDR
numéro 37
 décembre 2009 
Les méandres du discernement

Éditorial

Maurice Boucher

Le moraliste français Jean de La Bruyère disait que : « Après l'esprit de discernement, ce qu'il y a au monde de plus rare, ce sont les diamants et les perles. » On ne peut faire autrement que lui donner raison.

Les militants ou bénévoles actifs qui sont engagés dans l'action communautaire d'une organisation vouée à la défense des droits d'une catégorie de personnes telles que les personnes âgées, comme l'AQDR par exemple, se sentent parfois coincés face à une position à prendre et à défendre au sujet d'une mesure gouvernementale contestée par leur mouvement parce que réputée à l'encontre des intérêts des aînés, ou lorsqu'ils sont invités à appuyer une revendication qui leur est favorable et à laquelle les politiciens au pouvoir restent insensibles.

C'est dans ces occasions que, selon les convictions qui s'affrontent, leur engagement devient exigeant à leur endroit. Ils connaissent l'importance de l'exercice de leur citoyenneté qui suppose une conscience politique effective et c'est tant mieux. Ils ont donc adhéré à une formation politique, convaincus de la justesse de son programme comme les choses se passent normalement dans notre société démocratique. De plus, leur conscience sociale les a entraînés à militer pour la cause des aînés.

Dans l'éventualité où le parti politique auquel le bénévole ou militant aura adhéré de bonne foi est appelé à former le gouvernement, c'est quand surviennent ces sortes de contestations ou revendications dont il est question plus haut que s'amènent les déchirements selon le degré de son attachement à ce parti et de l'intensité de ses convictions en la mission de l'AQDR. Quoi faire ? Il croit fermement à la mission de son organisme d'une part, et il ne rate jamais une occasion de défendre son parti qui forme le gouvernement qu'il conteste d'autre part. Comment faire la part des choses ? C'est parfois extrêmement douloureux et disons-le, difficile à gérer. C'est là qu'intervient l'esprit de discernement.

Autre difficulté qui pose problème dans de nombreux cas, tant dans le discours que dans le comportement, c'est la nécessaire distinction qui s'impose dans la perception qu'on se fait des rôles et responsabilités de l'État d'une part, du gouvernement d'autre part, et enfin du parti politique qui exerce le pouvoir.

L'esprit de discernement; voilà une très grande qualité indispensable à tout individu dont le jugement est susceptible d'influencer la participation citoyenne à l'évolution sociale et politique de la société québécoise.

L'AQDR s'engage dans la réalisation d'une activité de formation continue du plus grand nombre de ses responsables dans les sections; souhaitons qu'elle aborde dans les contenus cette importante réflexion.

NDLR : La Force des s @ges tient à remercier les nombreux abonnés qui lui ont adressé des commentaires concernant l'éditorial du dernier numéro (« 287$ par seconde »). Toutes ces opinions, sauf une, se sont avérées favorables, ajoutent à l'argumentation et nous encouragent à poursuivre notre travail dans cette direction. Merci à tous, y compris à la personne dissidente pour sa contribution aux idées. Écrivez-nous : maubou@oricom.ca

LES CARACTÈRES; Jean de La Bruyère ; no 57; p. 315

Le Parlement des sages et son ministre du Transport

Le 1 er vice président de l'AQDR, Ronald St-Jean, agissait comme ministre du Transport au dernier Parlement des sages. À la période des questions et réponses orales, il a eu à répondre à Judith Gagnon (section de Québec). En voici la transcription intégrale : 

Question

Beaucoup de personnes aînées vivent dans l'isolement parce qu'elles ne peuvent se déplacer par manque de transport adéquat. Étant confinées dans leur domicile, elles ne peuvent participer activement à la vie citoyenne et, de ce fait, sont écartées de la vie collective. Nous perdons ici un enrichissement social important. Considérant ce fait, j'aimerais savoir ce que vous comptez faire pour améliorer le déplacement des aînés vers leurs activités, rendez-vous médicaux, etc.

Réponse

Considérant la présente situation, le gouvernement s'engage à faire parvenir une missive aux 125 députés pour qu'ils effectuent les démarches nécessaires et communiquent directement avec les maires et préfets de MRC pour s'informer des besoins de ce groupe de personnes âgées nécessitant un transport adapté ou communautaire.

En revenant à l'AQDR nationale, « dossier transport », depuis plusieurs années, l'AQDR travaille pour obtenir des navettes ou un transport spécialement conçu pour aider nos aînés à sortir de leur isolement.

Présentement, sept navettes pour personnes âgées fonctionnent sur le territoire de la ville de Montréal. Dernièrement, je donnais une conférence sur l'opportunité de la mise en marche d'une ou de navettes sur le territoire de la Montérégie (Longueuil).  L'année dernière, l'AQDR de Laval demandait une copie du projet sur les navettes pour personnes âgées. Même situation pour l'AQDR Des Chenaux; donc ça bouge tranquillement.

Selon moi, il incombe aux responsables de chaque région de prendre l'initiative de faire des recherches avec leurs sections, de trouver les moyens nécessaires pour aider ces personnes âgées à sortir de leur isolement et à mieux s'intégrer à la société.

La tâche n'est pas facile. En premier lieu, il faut se poser la question : « Qui sont ces personnes isolées et où demeurent-elles ? » En second lieu, il faut absolument l'aide des CLSC, des organismes communautaires et autres pour « dénicher » ces personnes.

En milieu rural, la tâche est plus difficile. Les gens préfèrent demeurer isolés et ne pas bouger, soit par orgueil, soit par gêne.

Avons-nous un service dans les villages éloignés pour répondre aux besoins de ces personnes, voire même un système de taxi à frais modérés ou un service de type autobus scolaire, qui pourrait être disponible ? Une autre question pertinente : « Si nous désirons acquérir un moyen de transport pour ces personnes, qui paiera la note ?»

Je suis persuadé que le gouvernement apportera son aide mais jusqu'à quel point? Déjà le gouvernement s'implique dans le transport en commun, autant dans les grandes villes que dans les régions, mais il reste encore de la place pour l'amélioration. Toutes les sections devraient faire un effort (pourquoi ne pas en faire un projet ?) et tenter de trouver des solutions à ce problème d'actualité soulevé par Judith Gagnon.

Les coops de santé et la Loi canadienne de la santé

 

Analyse de Jacques Fournier

section St-Michel

Bonne nouvelle! Lors du colloque sur les coopératives de santé, tenu à Montréal le 21 octobre à l'initiative de la Coopérative de solidarité santé Villeray, le directeur général de la Fédération des coops de santé et de services à domicile, Benoît Caron, a fait connaître la nouvelle orientation de sa Fédération concernant le respect de la Loi canadienne de la santé.

La Fédération affirme que dorénavant, « la cotisation annuelle ne doit pas être une condition pour avoir accès aux services médicaux ». La Fédération invite donc ses membres à ne pas exiger de frais annuels pour les services médicaux qui, selon la Loi canadienne de la santé, doivent être gratuits. Les coops peuvent cependant exiger une cotisation annuelle pour offrir d'autres types de services à leurs usagers : physiothérapie, médecines douces, rencontres en prévention, etc. De plus, les sommes recueillies grâce à la cotisation annuelle doivent servir uniquement à offrir des services autres que médicaux.

À l'heure actuelle, la majorité des coops de santé exigent une cotisation annuelle qui donne accès aux services médicaux et aux autres services. Seul un petit nombre de coops offrent des services médicaux aux non-membres sans frais annuels.

Il y a 40 coops de santé au Québec, dont 25 sont en opération. 54% constituent une nouvelle offre de services médicaux, tandis que 38% se sont substituées à une clinique médicale existante et 8% ont remplacé une clinique fermée.

La Loi canadienne de la santé est précise concernant l'exigence de la gratuité pour les services médicaux. Il y a quelques mois, les tribunaux ont permis aux femmes qui avaient payé des frais pour avoir accès à des IVG (interruptions volontaires de grossesse) dans des centres spécialisés de récupérer, par un recours collectif, les sommes qu'elles avaient versées contrairement à la loi. Il semble que des discussions entre le MSSS et la Fédération des coops aient incité la Fédération à donner des consignes claires à ses membres. Ce faisant, les coops éviteront d'éventuels recours collectifs.

Attention cependant! Chaque coop est autonome. Il n'est pas question pour la Fédération d'exclure de ses rangs un de ses membres qui ne se conformerait pas à la loi. Mais, selon Benoît Caron, en réponse à une question : « les coops qui ne respectent pas la loi seront tentées de s'exclure elles-mêmes de la Fédération  ».

Cette nouvelle orientation va réjouir les organismes de défense du droit à la santé, comme la Coalition solidarité santé et l'AQDR. Ces organismes se battent depuis 1991 contre toute forme de ticket modérateur, la cotisation annuelle étant une forme de ticket modérateur. Des recherches scientifiques ont démontré qu'un ticket modérateur n'empêche jamais les classes riche et moyenne d'avoir accès à des services médicaux, mais en prive les pauvres, et en particulier leurs enfants. Mal soignées, ces personnes pauvres nécessitent alors des soins plus élaborés dans les hôpitaux, aux frais du secteur public. Les tickets modérateurs augmentent alors tout simplement les coûts globaux du système.

Par contre, la nouvelle orientation de la Fédération des coops de santé va décevoir… le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin. En effet, la politique de tarification appliquée par les coopératives était en voie d'inciter certains médecins de cabinets privés à poser des gestes illégaux eux aussi. Le Dr Godin avait déclaré à Gatineau que, à l'instar des coops, les médecins de cabinets privés « seront peut-être tentés d'imposer, eux aussi, des frais annuels à leurs patients pour couvrir les dépenses telles le loyer et les salaires du personnel » (Le Droit, 25 octobre 2008). L'herbe lui a été coupée sous le pied.

Il reste maintenant à faire connaître la nouvelle orientation de la Fédération des coops de santé auprès de tous les membres des coops, pour que ceux-ci soient vigilants et exigent que leur coop se conforme à cette orientation, de façon à respecter la Loi canadienne de la santé.

Les aînés et la vie municipale :
que veulent les aînés d'aujourd'hui ?

Par Gilles Plamondon,

Forum des citoyens de Montréal (FCAM)

A l'occasion des dernières élections municipales montréalaises, une plate-forme de revendications a été élaborée par le Forum, avec l'appui, entre autres, des sections St-Michel et Ahuntsic-St-Laurent de l'AQDR. En voici les grandes lignes.

Une politique municipale pour les aînés

En 2006, un Montréalais sur sept avait plus de 65 ans; En 2026, on prévoit qu'un Montréalais sur cinq sera âgé de 65 ans ou plus. Une personne de qualité, élue du comité exécutif, doit être nommée comme première responsable des dossiers aînés au plan municipal. Cette personne doit être en liens continus avec un comité représentatif de la communauté aînée montréalaise. C'est d'ailleurs ce que propose l'Organisation mondiale de la santé dans son document sur les Villes amies des aînés .

Plus de logements disponibles, accessibles et adaptés

À 65 ans et plus, au Québec, un locataire sur sept débourse 30 % ou plus de son revenu pour se loger. C'était le cas d'un locataire sur deux à Montréal . Il y a, en date du 31 août 2009, sur les 22000 personnes et familles sur la liste d'attente des HLM., 5189 personnes aînées de 60 ans et plus, soit 23 %. La ville doit démontrer beaucoup plus de détermination à agir, pour répondre aux besoins de logements accessibles et adaptés pour les aînés en attente.

Plus de transport adapté, pour les personnes en situation de santé précaire

De plus en plus, les aînés en situation de santé précaire ont besoin d'accompagnement médical. Les bénévoles, pour toutes sortes de raison, manquent à l'appel. Il faut donc élargir la norme du transport adapté, pour répondre à ces besoins nouveaux, tout en augmentant les services des navettes OR.

De meilleures mesures de sécurité et d'accessibilité pour piétons et utilisateurs du transport en commun

Plusieurs exemples peuvent illustrer ce point : les horaires affichés sont souvent difficiles à lire et beaucoup d'aînés s'abstiennent d'utiliser le transport en commun de peur de tomber ou d'être bousculés. La durée des feux piétonniers aux intersections est trop courte. Les stations de métro ne sont pas assez adaptées aux personnes à mobilité réduite (manque d'ascenseurs, escaliers roulants fréquemment en panne).Les trottoirs doivent être mieux et plus rapidement déglacés.

Une reconnaissance politique et financière des associations d'aînés, pour la concertation et le partenariat

Les associations d'aînés sont très sollicitées pour de la concertation au niveau municipal. Mais, contrairement aux organismes publics, les associations d'aînés sont souvent privées de permanence et de services de recherche faute de financement adéquat. Cette concertation n'est possible que si l'on offre des conditions raisonnables, en termes de ressources attribuées aux organismes d'aînés. La Ville de Montréal devrait demander aux divers organismes municipaux et aux mairies d'arrondissements d'inclure, dans leurs budgets, des sommes spécifiques pour soutenir la concertation avec les groupes communautaires d'aînés.

Votre section a-t-elle son agent de liaison?

par Jacques Fournier

St-Michel

Jusqu'ici, une douzaine de sections locales de l'AQDR se sont donné un agent de liaison avec l'AQDR nationale. Il s'agit de Alma, Centre-du-Québec, Granby, Jonquière, Laval, Mékinac, Memphrémagog, MRC Abitibi, Québec, Rivière-du-Loup, Shawinigan, St-Michel et Trois-Rivières.

Nous souhaitons avoir un agent de liaison dans chaque section. Quelles sont les responsabilités de l'agent de liaison ? Ce n'est pas obligatoirement un expert ayant des capacités exceptionnelles en recherche, rédaction et présentation de documents. Ce que nous cherchons d'abord et avant tout c'est le ou la membre d'une section donnée, qui ne siège pas nécessairement au conseil d'administration, mais qui est suffisamment actif ou active pour tenir le national informé, par courriel, des initiatives, événements ou faits et gestes significatifs susceptibles d'intéresser l'ensemble des membres de l'AQDR à travers le Québec.

C'est aussi la personne à qui le national acheminera certaines informations à diffuser à l'intérieur de sa section et sur laquelle ce même national comptera pour être informé de ce qui se passe aux quatre coins du Québec sur le plan de tout ce qui intéresse l'AQDR.

Quant aux exigences reliées à cette occupation très précieuse pour nous, elles pourraient se limiter à : une certaine disponibilité pour accomplir le travail, la capacité de rédiger un texte dans un français acceptable, duquel nous enlèverons les petites erreurs si nous en trouvons, et capable de nous faire parvenir le tout par courriel.

Si vous êtes intéressé, envoyez vos nom et courriel à votre section qui les transmettra ensuite à Jacques Fournier ( jacques.talbot-fournier@sympatico.ca ), rédacteur en chef de La force de l'âge . Ne laissez pas vos talents dormir sous le boisseau !

Les activités de l'AQDR
Prises de position

Deux communiqués ont été envoyés, l'un sur le vote dans les résidences, l'autre sur la vaccination. Voir http://www.aqdr.org/v_communique/communique.php

Un appui a également été donné à l'association Médecins québécois pour le régime public pour un CHUM sans PPP . Une lettre de félicitations a été envoyée à Chloé Ste-Marie à l'occasion de l'ouverture de la résidence Gilles Carle pour l'ensemble de son action pour les proches aidants .

Parlement des sages

Le dernier Parlement des sages s'est bien déroulé et nous en entendrons parler dans le prochain numéro de La force de l'âge . L'AQDR a un CD de photos de l'événement : ceux qui sont intéressés à en avoir copie peuvent le demander à aqdr@qc.aira.com

Assemblée des présidents

L'évaluation de la dernière Assemblée des présidents des 3 et 4 novembre dernier s'avère très positive. Des constatations ont été faites dans les ateliers ou en plénière, ainsi que des recommandations qu'il faudra reprendre et prioriser.

Plan de communications 2009-2010

Le plan de communications de l'AQDR a été révisé par le CA sur proposition du comité Communications. C'est un plan, mais aussi un outil de suivi des réalisations faites jusqu'à maintenant. La version révisée inclut d'ailleurs 3 suggestions de l'Assemblée des présidents. Les sections qui veulent consulter le Plan de communications peuvent le demander au bureau de l'AQDR.

Projet abus

Les inscriptions sont commencées, la trousse SOS Abus est sous presse, la formation des formateurs se fait le 18 janvier et la conférence de presse le lendemain.

Pour saisir l'ampleur du projet, on peut consulter la table des matières du rapport qui est interactive sur le site et permet donc d'aller à la section désirée du document. Voir http://www.aqdr.org/v_projet_abus/general/description.pdf .

Café des âges

Cette activité intergénérationnelle qui dure environ deux heures est expérimentée actuellement dans la région métropolitaine. Cette initiative est appelée à se développer : en effet, l' Institut du nouveau monde va coordonner le projet et fournir un soutien technique (organisation et animation) autant à Montréal qu'en région. L'AQDR est invitée à prendre l'initiative d'en organiser : l'objectif est de créer des échanges entre jeunes et moins jeunes afin de rapprocher les générations et de faire émerger de nouvelles idées ou collaborations. Informations : http://generation.inm.qc.ca/cafes .

Saviez-vous que….

…selon une étude autrichienne, les femmes dorment mieux lorsqu'elles sont seules que lorsqu'elles partagent leur lit avec leur conjoint. Les hommes par ailleurs, c'est tout le contraire, ils dorment mieux lorsqu'ils sont accompagnés.

LaNutrition.fr – 19 novembre 2009

… 18 des 100 Canadiens les plus riches habitent au Québec. Le plus riche d'entre eux est Paul Desmarais de Power Corp. : 4,28 milliards$. Il est passé de la 8 e à la 6 e place avec une majoration de 4% depuis l'an dernier.

Le Devoir, 20 novembre 2009

… le nombre de bénévoles au Québec s'établit à 34% de la population, pour une moyenne de 146 heures chacun annuellement, ce qui équivaut à 160 800 personnes en emploi à plein temps.

Statistique Québec

…de 4 à 15% des aînés ont été ou seront victimes d'abus dans leur vie, et que 80% de ces cas ne sont pas détectés. L'Association des grands-parents du Québec recherche des sentinelles, des personnes en lien avec les aînés; pharmaciens, coiffeurs, employés de banque, etc.. pour aider au dépistage des cas. Pour info : www.les-sentinelles.ca

Le Soleil – 22 novembre 2009

…qu'on a demandé à une sainte qui s'est consacrée aux autres toute sa vie, où elle croyait aller après sa mort; « en enfer  » a-t-elle répondu, « parce que c'est là que le monde a le plus besoin d'aide »

Simon Gagné – Le Soleil

Ah ! Nos cousins français !

 

Mme Pierrette Guitard de la section Rosemont a longtemps été du comité des communications de l'AQDR. Elle avait ce don de nous détendre, de nous dérider. Cette fois, elle y va de l'humour pour dédramatiser ce qui se passe au pays de nos ancêtres. Voici ce qu'elle nous transmet :

À chacun sa crise

•  Les boulangers ont des problèmes croissants.

•  Chez Renault, la direction fait marche arrière, les salariés débrayent.

•  À Électricité de France, les syndicats sont sous tension.

•  Les bouchers veulent défendre leur bifteck.

•  Les éleveurs de volailles sont les dindons de la farce; ils en ont assez de se faire plumer.

•  Pour les couvreurs, c'est la tuile.

•  Les faïenciers en ont ras le bol.

•  Les éleveurs de chiens sont aux abois.

•  Les brasseurs sont sous pression.

•  Les cheminots menacent d'occuper les locomotives, ils veulent conserver leur train de vie.

•  Les veilleurs de nuit en ont assez de vivre au jour le jour.

•  Les pédicures doivent travailler d'arrache-pied.

•  Les ambulanciers ruent dans les brancards.

•  Les pêcheurs haussent le thon.

•  Les prostituées sont dans une mauvaise passe.

•  Sans oublier les imprimeurs qui sont déprimés et les cafetiers qui trinquent.

•  Les carillonneurs ont le bourdon.

•  Les électriciens sont en résistance.

•  Et les dessinateurs font grise mine.

•  Et vous, comment ça va ?

 
BRACELET BOUTON PANIQUE SANS FRAIS MENSUEL
CECI POURRAIT SAUVER VOTRE VIE !