La Force des s@ges  Journaux des sections
 L'AQDR dans les journaux
  www.aqdr.org
Bulletin électronique mensuel de l'AQDR
numéro 31
juin 2009 
 

MONTER AUX BARRICADES? DÉCHIRER SA CHEMISE?

Faire valoir son opinion ou rester indifférent?

Par Maurice Boucher

Vous me voyez venir! « Il va encore traiter de politique! », vous dites-vous. Vous avez raison. Difficile d'en sortir.

Pour le respect de la dignité des aînés, pour la reconnaissance de leurs droits comme citoyens, citoyennes à part entière, l'AQDR revendique depuis toujours les conditions qui leur permettent le plein exercice de leur citoyenneté.

Mais qu'entendons-nous par : exercice de la citoyenneté? Bon nombre de politiciens démagogues (ils le sont presque tous) nous répondront : c'est, payer ses impôts, c'est consommer pour la croissance du pays, c'est voter lors des élections (du bon bord! ajouteront certains). C'est ce à quoi se résume la citoyenneté pour eux. «  Qu'on nous laisse s'occuper d'eux, c'est pour ça qu'ils nous ont élus », se disent-ils.

Alors, il faut que chaque citoyen, citoyenne qui dort au fond de chacun de nous, se réveille, s'approprie la politique et défende la forme de société dans laquelle il souhaite vivre. L'exercice de la citoyenneté doit donner accès aux droits politiques, permettre de participer à la vie civique de la communauté et de la société démocratique, reconnaître le droit de s'associer entre citoyens pour la défense d'un choix de société.

La politique! Cette bête qui répugne à tant de personnes, cette galère à très mauvaise réputation, cette machine à scandales qui fait peur; il faut se rappeler que c'est plus que ça, c'est plus que la bouffonnerie de la période de questions, ce n'est pas un mal nécessaire; c'est plus que ça. La politique qui est tellement galvaudée mérite toute notre attention parce que notre sort comme citoyen, citoyenne en dépend. Nous sommes tous concernés et de près.

Voyons l'actualité; c'est l'heure des nouvelles, (vers le 15 mai) à la TV. Non! non! s'il-vous-plaît, ne changez pas de canal!. Ces temps-ci, vous entendrez parler de :

•  FIER (Fonds d'initiative économique régionale ) : il paraît que des amis du parti au pouvoir ont largement profité d'investissements autres que ceux qui doivent servir le développement de la région.

•  Mulroney-Schreiber  : une nébuleuse histoire de 3 enveloppes brunes contenant au total 225 000$ ou 300 000$ qu'aurait reçus clandestinement notre ancien premier ministre.

•  Le port du voile des femmes islamiques en milieu de travail  : la FFQ approuve et en condamne l'interdiction. La ministre St-Pierre est d'accord et les mouvements de femmes et les féministes jubilent.

•  Encore les femmes! M. Jarislowsky, millionnaire financier de Montréal bien connu, prétend que la parité hommes-femmes sur les conseils d'administration des sociétés n'est pas souhaitable à cause de leur rôle maternel. Ouf! Les femmes lui sont tombées dessus!

•  Caisse de dépôt et de placements  : notre bas de laine des Québécois, paraît-il, a perdu au cours des derniers mois 40 milliards $, soit plus que la plupart des autres fonds de placements.

Conflits d'intérêts, grippe H1N1, congédiements massifs, chômage, code d'éthique, lutte à la pauvreté, crise du logement, et j'en passe…

On peut très bien continuer de vivre, fermer les yeux, la bouche et les oreilles, et se foutre de tout ça mais, heureusement, certaines personnes, individuellement ou en associations, dénoncent, contestent, revendiquent et parfois montent aux barricades et déchirent leur chemise. Et la démocratie suit son cours.

LA FORCE DES S@GES A RENCONTRÉ MAURICE BOUCHER, L'ACTUEL PRÉSIDENT DE L'AQDR

Par Jacques Fournier

En prévision de l'Assemblée générale annuelle de l'AQDR, le président sortant a accepté d'accorder une entrevue à La force des s@ges .

FdS : M. Boucher, vous avez annoncé votre intention de ne pas renouveler votre mandat à la présidence de l'AQDR. Peut-on connaître vos motifs?

MB : Pour une fois que je ne suis pas l'auteur d'un article dans ce bulletin que je rédige mensuellement depuis trois ans, j'accepterai avec plaisir de vous faire part de mes états d'âme. Je considère qu'après douze ans au CA de l'AQDR, j'ai assez donné.

FdesS : Doit-on comprendre que vous vous retirez aussi du conseil d'administration?

MB : Oui. Vous savez, douze ans d'engagement volontaire bénévole pour la même cause, on risque d'être accroché à des idées reçues qui sont souvent le germe d'erreurs, on aime ce qu'on fait, on s'enlise dans nos habitudes, on devient moins critique et par conséquent moins utile et parfois même nuisible.

FdesS : Mais puisqu'on vous a récemment élu président, ne peut-on croire que votre participation inspire confiance?

MB : J'ai souvent au cours des dernières années refusé d'être candidat à la présidence de l'AQDR. Sans prétention, j'estime que mes chances d'y être élu étaient bonnes. Mais d'une part, je considérais qu'il y avait là trop de responsabilités pour mes capacités, et d'autre part, je donnais déjà trop de temps dans divers dossiers. Et… mon épouse en pense autant, sinon plus.

FdesS : Avez-vous des projets dans lesquels vous pensez vous engager ou vous impliquer, bénévolement ou non?

MB : Je n'ai pas de projets précis, mais je sais que l'engagement social va me manquer, tel que je me connais. Dans ce domaine, j'ai appris beaucoup, mais je n'ai jamais été doué pour savoir dire non. Des projets, j'en avais ça d'épais lorsque je suis parti à la retraite en 1991; voyages, bricolage, écriture, etc.. Mais je me suis pointé le nez dans le bénévolat auprès d'associations et elles ont bouffé tous mes projets.

FdesS : Douze années au conseil d'administration de l'AQDR, ce n'est pas rien! En quelques mots, quel jugement porteriez-vous sur l'AQDR durant cette longue période où vous y étiez actif?

MB : Voilà un organisme communautaire qui, malgré peu de ressources et peu de moyens, grâce au dévouement de valeureux fondateurs, a réussi à surmonter de multiples difficultés et à prendre place dans le paysage québécois. Il nous faut rendre hommage à la ténacité de ces hommes et de ces femmes aînées de plusieurs régions du Québec qui, grâce à leur implication, ont fini par s'imposer auprès des autorités politiques pour le mieux-être des aînés.

FdesS : Outre l'aide financière quels sont, selon vous, les besoins prioritaires de l'AQDR pour la poursuite de sa mission?

MB : Naturellement, comme dans tout organisme communautaire, les bénévoles ne sont jamais en nombre suffisant, mais je dirais que si les quelque 450 administrateurs des 46 sections de l'AQDR s'y mettaient activement, avec les ressources nécessaires, le sort de l'ensemble des personnes retraitées et aînés du Québec changerait considérablement. Mais ils ont besoin du support des nombreux jeunes retraités dont les connaissances doivent être mises à contribution

FdesS : Il semble que l'AQDR est peu connue dans le milieu communautaire et dans la population en général. L'AQDR devrait-elle réagir à cette situation?

MB : Justement, je préside un comité des communications qui a pris cette question en charge avec comme priorité d'augmenter la notoriété de l'AQDR. Un plan de travail est mis au point à cet effet et j'ai bon espoir qu'à court terme, notre organisation prendra passablement de galon. Comme vous voyez, je quitte mais…je reste un peu!

FdesS : Merci M. Boucher.

ON VEUT TOUT SAVOIR SUR VOUS!     POURQUOI?

Comment protéger notre vie privée?

Par M. Bourher

Le marketing est partout .

•  Au magasin lorsque la caissière vous demande votre code postal, votre numéro de téléphone; le code postal, par exemple, indique le quartier où vous habitez, on peut ainsi déduire votre revenu.

•  Chez l'organisme de charité qui aura besoin de votre adresse pour vous expédier un reçu et vous demandera d'autres informations qu'il échangera avec d'autres organismes de qui vous serez sollicité.

•  Chez votre magazine qui, pour votre abonnement, vous demandera votre sexe, votre âge et autres, qui seront vendus par la suite à des sociétés de marketing.

•  Sur les formulaires de participation aux concours sur lesquels on vous demandera d'indiquer l'ordre de votre revenu annuel, votre statut de propriétaire ou locataire, le nombre de personnes à la maison.

•  Sur les cartes de garantie des appareils qu'on achète et par lesquelles on veut tout savoir de vous.

•  Sur l'Internet : Si on utilise un compte de courriel gratuit comme Hotmail, un logiciel y repère des mots-clés et nous risquons de recevoir des publicités ciblées; par exemple, si on y discute beaucoup de voitures, on a des chances de recevoir des annonces d'automobiles.

•  Dans les banques qui transmettent à leurs partenaires d'affaires des renseignements sur leurs clients détenteurs de cartes de crédit. Cela conduit à recevoir parfois des cartes de crédit pré-autorisées.

Comment se protéger et protéger son identité

•  Refuser de donner des renseignements qui ne sont pas nécessaires. Demander à la caissière pourquoi votre code postal.

•  Prendre bien garde de ne pas divulguer notre numéro d'assurance sociale, seuls les gouvernements provincial et fédéral sont en droit de l'exiger.

•  Il faut également être prudent avec sa date de naissance et le nom de sa mère. Des entreprises s'en servent pour établir notre identité.

•  Dévoiler le moins possible sur Internet et utiliser deux adresses de courriel; une principale pour nos proches, la recherche ou les achats, et une adresse gratuite pour effacer facilement les pourriels qu'on reçoit en trop grand nombre.

•  Installer un anti-espiogiciel. Certains d'entre eux sont gratuits comme; Ad-Aware ( www. lavasoft.com ) ou Spybot Search and Destroy ( www.safer.networking.org ) Ils neutralisent les logiciels espions qui notent les sites qu'on visite pour ensuite nous bombarder de publicités ciblées.

•  On se fait retirer des listes de sollicitation par la poste (c'est gratuit), on s'inscrit  : Au Service d'interruption de sollicitation de l'Association canadienne du marketing à l'adresse ci-dessous .

Voici des adresses utiles :

•  Association canadienne de marketing, Service d'interruption de sollicitation : www.the-cma.org

•  Commission d'accès à l'information (onglet Pour le citoyen ) : www.cai.gouv.qc.ca

•  Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, Liste nationale des numéros de télécommunication exclus : www.crtc.gc.ca

•  Union des consommateurs, Le commerce d'informations personnelles profite-t-il au consommateur? : www.consommateur.qc.ca

( Coup de Pouce, novembre 2008 : www.coupdepouce.com )

Le sort peu enviable des aînés en résidences

L'AQDR EN ATTRIBUE LA RESPONSABILITÉ AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

Communiqué émis le 20 mai 2009

L'Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) ne se montre pas surprise des mauvaises conditions constatées par la journaliste de La Presse , Ariane Lacoursière, dans le traitement fait aux personnes vivant en résidences privées avec services pour personnes âgées.

Selon l'organisme représentant 30 000 membres aînés dans 45 régions du Québec, lorsque la ministre des Aînés, Marguerite Blais, répète avoir rencontré les personnes aînées du Québec lors de sa consultation sur leurs conditions de vie et avoir pris connaissance de leurs problèmes, il est certain qu'elle n'a pas conversé avec celles qui vivent en résidence; premièrement parce qu'elles ne parlent pas, ne se plaignent pas et de plus, collectivement, elles sont sans voix .

L'AQDR, a entrepris il y a quelques années un programme de mise sur pied de « comités de milieu de vie » dans les résidences privées, histoire de donner une voix aux premiers intéressés, les résidants. Selon le président, Maurice Boucher; « il a été demandé à maintes reprise au ministre de la Santé et des Services sociaux d'appuyer cette démarche que nous voulions instaurer en collaboration avec les propriétaires et gestionnaires. Nos demandes sont restées lettre morte. »

« Deux solutions », suggère M. Boucher, « et ce, au delà du processus de certification qui se dirige vers un semi-échec : 1- Un rigoureux programme obligatoire de formation du personnel, et 2- Permettre aux résidants de s'associer pour se donner des « comités de milieu de vie » qui porteront à l'attention de la direction de la résidence leurs attentes raisonnables sur les conditions qui leurs sont faites, élaborant ainsi un dialogue gagnant-gagnant. «Les clowns », dit-il, « pas plus que la certification, n'apportent rien qui vaille ».

LES ARNAQUEURS DES PERSONNES AÎNÉES VULNÉRABLES SONT SOUVENT DES PROCHES
   
Dans un dossier publié sur 3 jours en février dernier, le Journal de Québec faisait état des abus financiers dont les personnes âgées les plus vulnérables étaient victimes. Dans le premier de ces articles, Sylvain Trépanier, le journaliste responsable de ce dossier, affirmait avec raison que dans 80% des cas, les fraudes et autres abus financiers des personnes âgées étaient commis par des proches.

Dans la démarche de l'AQDR pour contrer les cas de fraude et d'abus et pour le dépistage, la prévention et l'intervention, le Journal de Québec rappelait un certain nombre d'expressions utilisées par les arnaqueurs d'origine familiale qui brandissent les menaces et utilisent la violence physique et psychologique. Nous croyons important d'en rappeler quelques-unes qui peuvent s'ajouter. Pour les intervenants, il est bon d'avoir en tête les arguments et astuces utilisés par les arnaqueurs afin de mieux en prévenir et conseiller les aînés victimes potentielles :

•  « Si tu ne me donnes pas la maison, je ne viendrai plus te voir »,

•  «Il faut que tu me prêtes ce 2 000$ sinon tu vas priver tes petits enfants de leur saison de hockey »,

•  « J'ai besoin de ce 10 000$. Je vais te le rembourser. Tu ne vas quand même pas laisser ton propre fils dans la dèche »,

•  « Ça fait cinq ans que je m'occupe de toi, je viens te voir presque deux fois par mois, tu me dois bien cela, après tout, cela ne te privera de rien, tu en as en masse. Ce n'est que 5 000$ »,

•  « Ne m'achales pas avec ça! Tu m'as signé une procuration, j'ai le droit de faire ce que je veux avec »,

•  « Tu devrais me donner ton NIP, tu l'oublies tout le temps! »,

•  « Si tu parles de ça à ma sœur ou à mes frères, eux qui sont loin, moi, je ne viendrai plus jamais te voir »,

•  « Tu ne vas quand même pas appeler la police et envoyer ton fils en prison ».

•  « La directrice de la résidence ou l'intervenante du CLSC n'ont rien à voir là-dedans. C'est ton argent à toi, tu peux en faire ce que tu veux ».

•  « Écoute maman, ça irait bien mieux si je m'occupais de tes affaires. Tu es trop vieille pour savoir ce que tu fais, tu oublies tout. Signe-moi une procuration ».

•  « Si tu donnais tes héritages avant de mourir, tu aurais le plaisir de voir tes enfants en profiter ».

Voilà ce qui n'est qu'un échantillon des manœuvres utilisées pour mieux profiter de la vulnérabilité d'une personne aînée de la famille. Très souvent cette violence verbale est accompagnée de violence physique et psychologique. Les effets sur la santé des personnes âgées ainsi traitées sont très probables.

L'AQDR mène présentement des projets qui tendent à protéger les aînés contre ces sortes d'arnaques, y compris celles qui proviennent de membres des familles.

SAVIEZ-VOUS QUE….

une des principales promesses de campagne du candidat à la présidence des USA, Barack Obama, consistait à couvrir les soins de santé de 50 millions d'Américains qui en sont totalement privés.

…il manque actuellement 2 100 préposé(e)s aux bénéficiaires dans les résidences privées avec services pour personnes âgées, et que d'ici 2015, il en faudra 26 000.

…en 2001, le nombre des 65 ans et plus au Québec était plus de 965 000 et qu'en 2026, ils seront 1 974 000, soit plus du quart de la population du Québec.

…le marketing est un des domaines économiques les plus importants au Canada : en 2005, 5,6 milliards de dollars étaient dépensés en publicité au pays.

…une journaliste de La Presse , Ariane Lacoursière, aurait pu être embauchée comme préposée aux bénéficiaires dans 7 des 10 résidences privées pour personnes âgées qu'elle a contactées par téléphone, et ce sans expérience aucune ni formation.

…l'AQDR s'est jointe à un groupe d'associations d'aînés : le réseau FADOQ, l'Association québécoise des retraités des secteurs publics et parapublics, l'AQRP, les retraités de l'éducation, l'AREQ et autres pour appuyer la motion M-300 du Bloc Québécois pour faire augmenter de 110$ par mois le Supplément de revenu garanti, et pour y rendre l'inscription automatique.

IL FAUT BIEN EN RIRE!

C'est le temps des impôts

Après avoir expédié sa déclaration d'impôts, un homme écrit au ministre du Revenu :

«  Depuis que j'ai produit ma déclaration d'impôts, j'ai beaucoup de misère à dormir parce que je crois ne pas avoir déclaré suffisamment de revenus. Je vous inclus donc 200$. Si je continue à ne pas pouvoir dormir, je vous enverrai le reste »

___________________________

Un homme d'affaires sur son lit de mort, appelle son ami pour lui dire : «  Mon cher Benoît, je veux que tu me promettes que, quand je serai mort, tu t'occuperas de faire brûler mes restes ».

Je veux bien, lui répond Benoît, mais que veux-tu que je fasse de tes cendres?

«  Tu n'auras qu'à les mettre dans une enveloppe, l'adresser au ministère du Revenu. Tu écriras sur l'enveloppe : «  Maintenant, vous avez tout »

 

POUR LA SAISON ESTIVALE, LA FORCE DES S @ GES

FERA RELÂCHE EN JUILLET ET EN AOÛT.

BON ÉTÉ À TOUS ET TOUTES !!

 

 
Rédaction:
Maurice Boucher  
Correction:
Anne Falcimaigne 
Conception:
Jean-Guy Racine   
 
 
 
'
BRACELET BOUTON PANIQUE SANS FRAIS MENSUEL
CECI POURRAIT SAUVER VOTRE VIE !
';