La Force des sages  Journaux des sections
 L'AQDR dans les journaux
  www.aqdr.org
Bulletin électronique mensuel de l'AQDR
numéro 27
février 2009 
 

C'EST QUI ÇA : « LE VRAI MONDE »?

C'est vous? C'est moi? Ce sont les autres?

Vous comme moi, nous aimons tous nous identifier au «  vrai monde ». Sommes-nous démagogues pour autant? Ce «  vrai monde » serait-il ce que nous appelons le monde ordinaire?

On se sent si bien sous cette appellation. On se regarde entre nous et on s'en vante. Robert Charlebois chante : «  Je suis un gars ben ordinaire ». Je connais beaucoup de gars et de filles qui aimeraient bien être aussi «  ordinaire » que lui. Si nous sommes tous du monde ordinaire, serait-ce qu'il y a des personnes qui n'en sont pas? Qui sont-elles?

Mon Dieu qu'il y en a des mondes ! Le monde politique, le monde industriel, le monde universitaire, le monde commercial, le monde de la santé, le monde patronal, le monde syndical, le monde ouvrier, et j'en passe.

Ah oui! Il y a aussi le tiers-monde , mais celui-là, ce n'est pas pour nous autres, c'est une autre dimension. On préfère l'oublier. C'est comme le pauvre monde à qui on oublie de penser trop souvent. Mais dans notre cœur, c'est au sein du monde ordinaire qu'il y a le plus de bon monde.

Bon! Et bien! Tranchons; nous avons presque tous vieilli au sein du monde ordinaire , du vrai monde. Mais, avouons-le, dans l'esprit de notre entourage, nous portons une étiquette qui nous colle à la peau longtemps, si tant est que nous fréquentons dans nos activités plusieurs sortes de monde.

Tiens donc! Serait-ce que nous aussi, nous accolons des étiquettes?

Si le moindrement, nous nous impliquons dans un ou des organismes, à titre de bénévoles ou administrateurs/administratrices, dans nos groupes ou nos équipes de travail ou nos comités, on se toise rapidement pour se coller une étiquette. Parfois pour se taquiner et parfois pour identifier nos comportements; un péquiste, une libérale, un ou une prof, un ou une boss, un ou une fonctionnaire, un ou une psy, un ou une syndicaliste, etc…

Il en ressort une sorte de classification. Le jugement des autres à notre endroit a sûrement, à l'occasion influencé leur attitude envers chacun de nous. Et nous en faisons autant, c'est le classique étiquetage. Et puis, il y a la réputation de certaines sortes de monde; les politiciens, les avocats, les flics, les fonctionnaires parfois, ceux-là on les traite en vrac, on dira  : ils sont tous pareils. Comme s'il n'y avait pas de bon monde parmi eux.

Nous pouvons prétendre n'avoir rien à faire de ce que les autres pensent de nous, mais ce n'est pas toujours insignifiant. Malgré la bonne volonté de chacun, les orientations politiques, la déformation professionnelle, les valeurs des uns confrontées à celles des autres, les ambitions personnelles, les convictions divergentes, etc. risquent d'entraîner des affrontements qui viennent miner l'efficacité de l'organisation et l'esprit d'équipe nécessaire à toute organisation dans l'accomplissement de ses tâches.

Voilà pourquoi la tolérance, l'acceptation des autres comme ils sont et le respect mutuel doivent être à la base de l'éthique qui doit guider les modes d'engagement et de participation de toutes les sortes de monde qui compose un groupe de travail.

L'AQDR dont la caractéristique majeure est l'hétérogénéité; toutes provenances, toutes professions, toutes carrières, toutes tendances politiques, toutes ethnies, toutes origines… est donc plus que justifiée de se donner un code d'éthique qui deviendra un guide d'action inspirant ses responsables, ses bénévoles dans la tolérance et l'acceptation des autres comme ils sont dans leurs relations pour l'accomplissement de la mission qui consiste à se mettre solidairement au services des personnes âgées.

Maurice Boucher

 

LA MALADIE D'ALZHEIMER

Aussi chez les babyboomers

N'allez pas, devant lui, confondre un babyboomer avec un aîné ou le considérer comme tel; erreur suprême! Il protestera énergiquement. Il fera vite valoir qu'il n'a pas encore atteint la soixantaine. Il parlera de sa bonne forme physique (malgré son bedon), de son excellente condition de santé, de ses projets de retraite et il ira jusqu'à vanter son infaillible mémoire. Tout ça pour se défendre du vieillissement.

Pourtant, le demi million de personnes au Canada atteintes de la maladie d'Alzheimer et d'autres formes de ces maladies destructrices du cerveau sont d'abord des personnes âgées, mais 71 000 d'entre elles, soit environ 15% sont âgées de moins de 65 ans et 50 000 n'ont même pas 60 ans.

Selon le Dr Scott Dudgeon, PDG de la Société Alzheimer du Canada, une étude récente révèle que la croissance de ces cas chez les « jeunes aînés » et leurs aînés pourrait engorger le système de santé et déstabiliser l'économie.

Avec le vieillissement rapide de la population canadienne, la Société prévoit que d'ici cinq ans, 250 000 diagnostics d'Alzheimer ou d'autres formes de démence pourraient s'ajouter et, en 2040, le total pourrait atteindre 1 à 1,3 millions.

Si cette tendance se maintient, le nombre de Canadiens vivant avec la maladie d'Alzheimer ou une forme de démence semblable pourrait plus que doubler en une génération.

Une étude menée au début des années 90 sur La santé et le vieillissement au Canada, estimait à 5,5 milliards par an le coût économique de l'augmentation de ces cas en soins de santé, en pertes de revenus des personnes atteintes et de ceux qui devront quitter leur emploi pour s'occuper d'eux. Selon le Dr Dudgeon, «  une fois l'étude terminée, nous constaterons que cet estimé sera largement dépassé. »

À l'occasion de ce mois de janvier décrété comme Mois de sensibilisation à la maladie d'Alzheimer , la Société Alzheimer nous a rappelé qu'en l'espace d'une génération, le nombre de Canadiens atteints de la maladie fera plus que doubler. Elle plaide donc pour que davantage de ressources soient consacrées, notamment, à la recherche sur cette « horrible maladie ».

L'AQDR n'est pas très documentée sur la question de l'Alzheimer. Les sections ont-elles des relations avec les personnes impliquées dans l'aide aux personnes atteintes ou des proches aidants? Pour reprendre le slogan de la Société Alzheimer; Il est temps d'y penser, nous avons tous une bonne raison d'agir.

Faisons-nous suffisamment pour sensibiliser nos membres, pour revendiquer plus d'investissement dans la recherche? Devons-nous faire le constat que nous sommes impuissants devant cette terrible maladie?

Les commentaires, les informations, les suggestions sont les bienvenus, sur les actions que l'AQDR devrait entreprendre.: info@aqdr.org .

Source : Presse canadienne , 6 janvier 2009

FUSIONNER POUR RÉGNER?

À propos de la fusion des établissements de santé et des services sociaux

À la fin 2003, la Loi fusionnant les hôpitaux, les CSLC et les CHSLD pour faire place aux Centres de santé et services sociaux (CSSS) était adoptée sous le bâillon. Jacques Fournier, de la section St-Michel, signait dans le numéro de décembre dernier de La Force de l'âge, un article qui décriait les résultats de ces fusions, quatre ans plus tard.

Un lecteur de La Force des sages , issu du milieu, Gaétan Lebel, répond à cet article de Fournier. Il fait le parallèle avec la fusion des banques américaines. Voici son article : 

LES FUSIONS

Des résultats plus que douteux

Je fus fondateur et directeur d'un CSLC rural dans les années 70 et j'ai vu venir ce courant fusionniste qui n'a heureusement pas l'ampleur du CSSS du territoire Richelieu-Yamaska.

À ce moment-là, je suis tombé sur une étude dont j'ignore les coordonnées malheureusement et qui se résumait à ceci : La recherche s'est concentrée sur la fusion des banques américaines dans les années 80, je crois. On a vérifié l'état de la fusion de ces institutions après 3,5 années de fonctionnement et voici les observations faites :

•  Le bureau chef se portait très bien parce que tous les cadres et décideurs oeuvraient ensemble.

•  Plusieurs établissements fusionnés sont devenus des points de service ou ont carrément disparu et les clients ont vu les services diminuer.

•  Les employés des diverses banques ne se sont pas intégrés dans la nouvelle organisation et plusieurs ont préféré partir à la retraite ou quitter.

•  Les économies espérées qui seraient générées grâce à la fusion et aux économies d'échelle sont disparues après trois ans et demi et les coûts de fonctionnement ont atteint le même niveau qu'au moment de la fusion.

Je ne sais pas si une étude comparative de ce genre fut menée dans le secteur de la santé et des services sociaux du Québec. J'entretiens le même scepticisme que vous. « Small is beautiful », disait-on dans les années 60. « Big is better », a-t-on répété dans les années 80. Où se trouve la vérité?

Gaétan Lebel

ÇA Y EST! C'EST BASCULÉ! À MONTRÉAL

Les vieux sont maintenant plus nombreux que les jeunes

La tendance se maintenait. On s'y attendait tous. À la lumière du recensement de 2006, une analyse de Statistique Canada le confirme, le nombre de personnes âgées à Montréal vient de dépasser le nombre de jeunes. C'est à dire que les 65 ans et plus sont plus nombreux que les enfants de 15 ans et moins.

Le vieillissement de la population ne pourra pas être freiné selon cet organisme gouvernemental. C'est la première fois que le rapport entre les aînés et les jeunes bascule.

Les personnes de 65 ans et plus représentent 15,2% de la population. Nous en sommes à 14,3% à Laval, à 11,8% à Longueuil et 10,1% dans la couronne nord. Selon le directeur de Statistique Canada pour la région, Guy Oddo, « C'est une tendance qui va aller en continuant car le vieillissement de la population constitue une tendance très lourde »

Ce vieillissement rapide s'observe particulièrement dans les arrondissements centraux comme ceux de Ville-Marie, Mercier-Hochalaga-Maisonneuve, Rosemont-Petite-Patrie et Ahuntsic-Cartierville. On y compte 120 personnes âgées pour 100 enfants de 0 à 14 ans.

Source : Le Devoir, 14 janvier 09

CRISE ÉCONOMIQUE

Les retraités se serrent la ceinture

La crise économique a des conséquences pour plusieurs pré-retraités de 55 ans et plus qui se préparent à la retraite. Selon un récent sondage de Léger Marketing, plus de la moitié des retraités ou futurs retraités ont changé leurs plans pour les prochaines années. Ils n'ont plus l'assurance d'une retraite dorée, il sont inquiets de l'avenir.

Plus de 27% d'entre eux ont tout simplement décidé de retarder le moment de leur retraite, tandis que 26% cherchent un travail à temps partiel, histoire de consolider leurs revenus de retraite.

Un grand nombre de retraités ont également décidé de modifier certains projets et certaines de leurs dépenses planifiées. 57% d'entre eux ont renoncé ce moment tant attendu de l'achat d'un véhicule récréatif motorisé et 54% se sont résigné à oublier certains voyages.

Source : Léger Marketing-TVA-Journal de Montréal

SAVIEZ-VOUS QUE….

…le Japon n'a jamais été aussi vieux; un cinquième des 127 millions d'habitants a plus de 65 ans et, depuis 2005, le nombre des décès dépasse chaque année celui des naissances.

…il existe une poignée de porte « intelligente » : la première fois que vous l'utilisez, vous programmez un numéro de téléphone ainsi qu'une durée de temps (celle que vous passez dans votre salle de bain ou de douche; disons par exemple 25 minutes), après, elle prévient le numéro enregistré.

…les 116 banques américaines qui ont réclamé une aide de 700 milliards du gouvernement américain ont versé à leurs principaux cadres-dirigeants près de 1,6 milliards de dollars en salaires, primes et autres avantages. (Associated Press)

Merrill Lynch, qui a reçu une aide de l'État américain de 10 milliards, ne verse au patron de la compagnie, M. John Thain, qu'un salaire de 83 millions $ par année. Pauvre M. Thain!

…des scientifiques du Centre de recherche de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont ont découvert un gène qui ralentit le vieillissement des neurones du cerveau rendant possible de prévenir des pathologies associées aux maladies d'Alzheimer et de Parkinson.

ce Barack Obama, nouveau président des USA, est porteur d'espoir, non seulement pour les Américains, mais pour nous aussi et d'autres humains de la planète qui croient à des valeurs de paix, de justice et de partage. Nous devons souhaiter qu'il soit à la hauteur des attentes.

C'EST JUSTE POUR RIRE…

Un vieil homme de 80 ans s'amène chez son médecin pour un examen annuel. Le médecin lui demande comment vont les choses.

Je suis en pleine forme, dit-il, je sors avec une jeune de 18 ans et je l'ai mise enceinte. Qu'est-ce que vous pensez de ça, doc?

- Laissez -moi vous raconter une histoire, dit le docteur. C'est une histoire vraie. J'ai un ami qui est un passionné de la chasse, il n'a jamais manqué une saison. Un jour, alors qu'il s'en allait chasser et qu'il était pressé, il se trompa, au lieu de prendre son fusil, il a prit son parapluie. Au cœur de la forêt, il aperçoit un grizzly qui fonce sur lui. Il saisit son parapluie, l'épaule et appuie sur la poignée. Savez-vous alors ce qui s'est passé?

Non , dit le vieil homme.

Eh bien,  dit le docteur, le grizzly est tombé raide mort à ses pieds.

- C'est impossible!, s'insurgea le vieillard. Quelqu'un a dû tirer à sa place!

-  C'est là où je voulais en venir », répond le médecin.

 
Rédaction:
Maurice Boucher  
Correction:
Anne Falcimaigne  
Conception:
Jean-Guy Racine   
 
 
 
'
BRACELET BOUTON PANIQUE SANS FRAIS MENSUEL
CECI POURRAIT SAUVER VOTRE VIE !
';