La Force des sages  Journaux des sections
 L'AQDR dans les journaux
 www.aqdr.org
Bulletin électronique mensuel de l'AQDR
numéro 26
janvier 2009 
 

NOS VOEUX POUR L'ANNÉE 2009

La Force des Sages se fait un plaisir chaque année à l'occasion du nouvel An, d'offrir à ses abonnés et autres lecteurs, ses vœux dans l'espoir qu'ils se réaliseront et répondront à leurs besoins.

Devant les choix qui se présentent aux citoyens ces temps-ci, nous proposerons deux alternatives pour chacun des aspects qui se présentent à nous tous. Pour l'année 2009, nous vous souhaitons donc :

SANTÉ en cas de besoin, protégée par un médecin de famille qui pratique dans une clinique près de chez-vous et qui, avec les temps d'attente qui s'imposent, dispense des soins entièrement payés par l'État;

OU en cas de besoin, soignée par un médecin qui pratique dans une clinique privée et vous dispensera des soins rapidement à un coût substantiellement élevé que vous devrez payer.

PROSPÉRITÉ telle que promise et réalisée par un ou deux gouvernements majoritaires qui prendront en charge tous nos besoins au cours des 4 ou 5 prochaines années.

OU telle que promise et réalisée par les candidats à quelques élections au cours de l'année par un gouvernement minoritaire ou une coalition des partis de l'opposition.

BONHEUR celui de vivre en sécurité et en paix, délivré des abuseurs et exploiteurs qui cherchent à abuser de la vulnérabilité de plusieurs d'entre-nous.

OU celui de retrouver la fin de la « tempête économique » dont nous ont parlé pendant des semaines des gens qui nous promettaient de la régler, mais n'avaient aucune solution à proposer.

PAIX  celle que nous apportera la fin des guerres en Irak, en Israël, en Afghanistan et ailleurs, ainsi que celle des attaques terroristes qui tuent des innocents, des femmes et des enfants.

OU celle qui mettra fin au racisme, aux préjugés, à l'âgisme et qui nous permettra de décorer notre « sapin de Noël » plutôt que notre « sapin des Fêtes ».

SOLIDARITÉ comme celle de collaborer au bulletin électronique de l'AQDR, La Force de l'Âge , en proposant à l'occasion un article pour publication dans un numéro à venir.

ET LE PARADIS « AVANT » LA FIN DE VOS JOURS !

QUE SE PASSERA-T-IL LE 14 FÉVRIER 2009 DANS LE RÉSEAU DES RÉSIDENCES PRIVÉES POUR PERSONNES ÂGÉES, ET APRÈS… ?

Le 14 février 2009, c'est la date butoir imposée au réseau des résidences privées pour personnes âgées : à cette date, chacune des quelque 2 500 résidences au Québec devra posséder un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées.

Le Règlement publié dans la Gazette officielle du Québec du 23 octobre 2006 exigeait que chaque résidence respecte 26 critères pour l'obtention d'un certificat de conformité. Il avait été annoncé par le ministère de la Santé et des Services sociaux que les résidences qui, le 14 février 2009 n'auraient pas satisfait à ces critères, se verraient imposer des amendes. Selon les informations recueillies il apparaît impossible qu'un nombre assez important de résidences puissent posséder ce certificat à la date prescrite.

Le 28 novembre dernier, le Journal de Québec rapportait qu'après bientôt deux ans de travail d'inspections et d'analyse de rapports, seulement 11 des 198 établissements d'hébergement de la région de Québec avaient reçu leur certificat de conformité. Le Conseil québécois d'agrément chargé de ce travail était à analyser 70 rapports de visite, ce qui est encore très loin de l'objectif alors qu'il ne restait à cette date que deux mois et demi avant la fin du délai.

Dans le seul cas de l'exigence d'un plan de sécurité contre les incendies, la situation est très difficile parce qu'elle exige un exercice d'évacuation, ce qui n'est pas facile à effectuer en hiver avec des personnes d'une moyen ne d'âge dépassant 84 ans. M. Simon Bolduc, du Service de prévention des incendies de la Ville de Québec voit son service débordé et est convaincu qu'il n'y arrivera pas d'ici le 14 février.

D'autres exigences visent la formation du personnel, l'adoption d'un code d'éthique, une grille des menus couvrant 3 semaines pour des repas conformes au Guide alimentaire canadien, trousses de premiers soins, mode de déplacement sécuritaire des personnes etc.. Cela rend lourd ce processus de certification, surtout pour les petites et moyennes résidences.

Dans la région de Chaudière-Appalaches, seulement 52 résidences avaient reçu leur certification au 1 er décembre dernier. Il s'avère donc évident que le ministère de la Santé et des Services sociaux se retrouvera avec un sérieux problème sur les bras à la date fatidique du 14 février 2009.

( Source : Le Journal de Québec- 28 nov. 2008)

LE BON DR COUILLARD, LE ROI DU SOPHISME?

Le lendemain de l'élection, devant l'Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux, notre ex-ministre de la Santé et des Services sociaux, Philippe Couillard qui s'était, à maintes reprises porté à la défense de notre système de santé gratuit et universel, a livré un vibrant plaidoyer en faveur d'une plus grande ouverture au secteur privé en santé.

Il a affirmé sans sourciller que «  l'ouverture au privé est définitivement l'avenir du système de santé québécois ». On aurait dit Mario Dumont ou un candidat de l'ADQ dont ce même M. Couillard avait dénoncé sans réserves la politique de création d'un réseau de santé privé parallèle à l'automne 2002 alors qu'il dirigeait le service de chirurgie du Centre hospitalier de l'université de Sherbrooke.

Voici ce que le bon Dr Couillard écrivait dans une lettre au journal La Presse le 3 octobre 2002 : « Ne commettons pas l'erreur d'affaiblir notre système de santé gratuit et universel au profit de l'entreprise privée, qui s'est avérée incapable, partout où on lui en a donné l'occasion, d'offrir des services aussi accessibles et peu coûteux qu'un régime basé su la taxation universelle »

Ce même Dr. Couillard avait aussi réaffirmé sa foi dans le système public quand il a été question de permettre au privé l'assurance de soins de santé : «  Le paiement direct et l'assurance partagent un paradoxe confirmé par tous les pays où ces régimes sont disponibles; la population économiquement défavorisée, celle qui a le plus besoin de services, devient le groupe le moins susceptible de recevoir des soins »

Une fois en politique, ministre de la Santé dans un gouvernement qui lorgnait vers le secteur privé, il a fréquemment invoqué la difficulté de soutenir le système de santé avec le vieillissement de la population et le coût des médicaments. Mais soudain, avec la rumeur d'élection, il avait découvert, en 2006, les vertus du système public qu'il disait aucunement menacé.

On se souvient aussi que M. Couillard, au lendemain de la publication du rapport Castonguay, avait rejeté la  recommandation du ticket modérateur  qu'il contenait  comme inacceptable.  Aujourd'hui qu'en dit-il?  «  Les tickets modérateurs sont bons dans la mesure où ils permettent de financer le réseau et de modifier le comportement des gens ». L'OCDE, l'Organisation mondiale de la santé, le rapport Romanov, le Conseil de la santé et du bien-être du Québec, sont unanimes à rejeter cette façon de faire parce qu'elle entraîne un système de santé à deux vitesses.

Un système de santé parallèle public/privé  à deux vitesses semble maintenant plaire au Dr Couillard ;    «  Pourquoi interdire à certains citoyens de profiter des soins de santé s'ils payent? » , demande-t-il. Il a l'air de croire que nous pourrons contrôler les coûts, la qualité des soins et éviter l'inégalité des soins.

Personne ne va maintenant se surprendre que la veille de sa démission, après cinq ans comme ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Couillard ait fait adopter un règlement permettant l'intervention du secteur privé pour 50 interventions additionnelles aux trois types de chirurgies que permettait la Loi. Et, sans scrupule et sans égard à toute éthique, tout de suite après cette démission, il devenait comme homme d'affaires, l'apôtre par excellence du secteur privé à titre de partenaire de Persistance Capital Partners, investisseurs en santé.

Malgré les années qui passent et avec le vieillissement de la population, nombreux sommes-nous qui se souviennent de l'époque de la « grande noirceur » où la maladie constituait la principale cause de l'endettement des familles québécoises, alors que nos parents devaient se ruiner pour se munir d'assurances privées. Que de drames dans nos familles alors qu'une minorité d'enrichissait littéralement de la souffrance et de la misère humaine ! Voilà la situation qui nous guette si nous permettons que l'accès aux soins soit à la hauteur du portefeuille des gens comme c'est la tendance actuelle.

(Sources : Le Devoir; Michel David, 16 décembre 08 - Le Devoir 15 décembre 08 - Lorraine Guay

LA RADIO-POUBELLE; ÇA MARCHE TOUJOURS À QUÉBEC !

Les gens de Québec et de la région se souviennent de ces animateurs de la radio du matin, qui, pendant des années ont empoisonné les ondes à coups d'insultes, d'injures, de mépris d'individus et de personnalités connues dans la région, par des propos haineux et discriminatoires.

Les Québécois croyaient s'être débarrassé des Fillion, Arthur de ce monde : neutralisés. les croyaient-ils , après des procès retentissants et des condamnations qui n'ont pas été sans créer certains soupirs de soulagement. Et bien! Non. Sachez qu'il y a encore de cette vermine, dans le grand village de Québec, et apparemment une clientèle pour les écouter.

Il s'appelle Sylvain Simard, animateur au 93.3 du groupe Sogéco. C'est bon pour les affaires. Plus les couteaux volent bas avec la lourdeur du mépris et l'exploitation des préjugés, plus les cotes d'écoute s'élèvent au même rythme que les profits.

Ainsi, le 11 septembre dernier, Simard s'est attaqué à une catégorie de citoyens défavorisés, il a littéralement vomi sur les personnes assistées sociales, les « B.S ». comme il les appelle.

Voici ce qu'il a aboyé, dans un français massacré parce qu'il ne sait pas faire mieux, le 11 septembre dernier après avoir suggéré que le droit de vote leur soit retiré :

« Pourquoi est-ce qu'ils ont le droit de voter? T'es un B.S. Tu travailles pas , tu paies pas d'impôt, tu fais juste recevoir, tu quêtes et

on te donne par charité de l'argent chaque mois. Pourquoi tu décides de qui va gouverner; comment on va gérer le budget…qu'est-ce qu'on va faire avec notre argent? Tu ne produis aucune richesse. » 

Espérons que le Conseil de presse et le CRTC sauront sévir avec vigueur contre Sylvain Simard pour ces propos aussi manifestement haineux et discriminatoires, notamment après les plaintes portées par l'Association de défense des droits sociaux du Québec métro et par le Front commun des personnes assistées sociales du Québec, dans la poursuite du nettoyage malheureusement essentiel des ondes radiophoniques dans la région de Québec.

(Source : LE SOLEIL, Québec, 13 décembre 08)

LA DÉPRIME CHEZ LES INTERVENANTS SOCIAUX

Selon un sondage mené par l'Ordre professionnel des travailleurs sociaux du Québec (OPTSQ) auprès de ses membres travaillant en CSSS, un profond malaise existe à la suite des fusions forcées des établissements :

•  65% des répondants disent être passablement ou extrêmement stressés par leur nouveau contexte de travail;

•  68,6% des répondants éprouvent des difficultés nouvelles reliées à ces transformations (« Je suis mal informé de ce qui se passe. », « Le style de gestion ne répond pas à mes attentes », « Mon sentiment d'appartenance organisationnelle est faible »);

•  58,5% croient que ces changements ont affecté leur identité professionnelle;

•  47,5% des travailleurs sociaux répondants veulent quitter leur établissement ou réorienter leur carrière.

Deux sondages ont été menés, l'un en 2006 et l'autre en 2007. On n'observe pas de progrès dans la situation d'une année à l'autre et parfois une détérioration. Un autre sondage a été mené en 2008, nous devrions avoir les résultats bientôt.

Il est inquiétant de constater que le gouvernement ne prête pas la même attention aux problèmes professionnels des travailleuses sociales qu'il accorde, avec raison, aux problèmes des infirmières.

par : Jacques Fournier, AQDR section St-Michel

SAVIEZ-VOUS QUE….

….. au cours des cinq dernières années, 25 pauvres américains, soit 5 dirigeants de chacune des plus grandes banques des États-Unis, n'ont reçu en salaire qu'un maigre 3,1 milliards de dollars US (6,2 millions chacun)?

….. quand on a demandé à Gandhi ce qu'il pensait de la civilisation des pays occidentaux, il a répondu : « Ce serait une bonne idée » .?

….. il est important de réussir sa vie, mais il vaudrait peut-être mieux rater sa mort!

….. chaque jour, au Québec, entre 7 heures du matin et 18 heures, 9 000 conducteurs et conductrices d'autobus scolaires conduisent 650 000 enfants à l'école et les en ramènent?

Les citations

….. Coluche disait que; «  Le capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme, le syndicalisme, c'est le contraire »

….. Sacha Guitry disait : « On dit que les femmes sont incapables de garder un secret. C'est faux! Comme c'est très difficile, elles s'y mettent à plusieurs! »

….. si les gens bottaient le cul de tous ceux qui sont responsables de leurs problèmes, on en aurait tous pour une semaine à ne pouvoir s'asseoir. (anonyme)

….. les jeunes voudraient être infidèles et ne le sont pas. Les vieux voudraient être infidèles et ne le peuvent pas. (Oscar Wilde)

….. la théorie, c'est lorsqu'on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est lorsque tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi, (Einstein)

HUMOUR

L'HUMOUR MET DE L'HUILE SUR LES ROUAGES DES COMMUNICATIONS !

On a toujours tort d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort. ( Raymond Devos)

Deux amies ne se sont pas vu depuis longtemps et se rencontrent par hasard :

- Bonjour Danie, il y a un bail qu'on s'est vu; comment vas-tu?

- Ma chère Diane, ça va comme sur des roulettes !

- Tu es toujours avec ton mari Claude? Tout va à ton goût?

- Oh, mais bien sûr ma chère. Cela fait 40 ans. Nous n'avons jamais eu aucun différend. C'est l'accord parfait !

- Comme tu es chanceuse ma chère! Mais comment vous y prenez-vous? Comment ça se passe?

- C'est très simple ma chère Danie. Lorsque Claude me dit qu'il n'est pas de mon avis, je lui explique calmement pourquoi j'ai raison. Il comprend, et on est tous les deux contents et heureux.

- Oui mais, quand c'est lui qui a raison, comment ça se passe?

- Heu! Je ne sais pas…heu!…

- Mais comment se fait-il que tu ne sais pas?

- C'est parce que ce n'est jamais arrivé.

(La rédaction)  

 
Rédaction:
Maurice Boucher  
Correction:
Dolorès Richard  
Conception:
Jean-Guy Racine   
 
 
 
BRACELET BOUTON PANIQUE SANS FRAIS MENSUEL
CECI POURRAIT SAUVER VOTRE VIE !