La Force des sages  Liste des sections
 Journaux des sections
 www.aqdr.org
Bulletin électronique mensuel de l'AQDR
numéro 11
octobre 2007
 

QU'EST-CE QUE LE CHSLD? QUELS SONT LES SERVICES?

COMBIEN CELÀ COÛTE?

Qu'est-ce que notre système de santé offre à une personne âgée qui ne peut plus vivre à domicile suite à une lourde perte d'autonomie ou une importante incapacité?

Comparativement à une "résidence privée avec services pour personnes âgées" où toute personne âgée autonome ou semi-autonome peut trouver gîte et couvert moyennant le versement d'un loyer, un centre hospitalier de soins de longue durée "CHSLD, se définit comme "un établissement d'hébergement qui offre à sa clientèle, en plus de l'hébergement, des services professionnels cliniques ainsi que l'assistance, l'accompagnement et l'encadrement visant à satisfaire ses besoins physiques, psychologiques et sociaux etc.."

Selon la définition qu'en fait le Portail Québec du ministère de la Santé et des Services sociaux sous la rubrique; Services aux citoyens "les personnes admises dans de tels établissements ont droit à des services correspondant à leurs besoins et qui leur sont fournis avec courtoisie, dans le respect de leur dignité et de la confidentialité de leur dossier. Toutefois, par souci d'équité envers la société, elles doivent généralement participer au financement de ces services."

Les soins médicaux et infirmiers de même que les médicaments sont gratuits. La contribution financière que la personne verse à l'établissement sert à payer:

•  les services liés au gîte et couvert: alimentation, entretien ménager, chauffage;

•  les articles et services nécessaires à l'hygiène et à la propreté personnelle: couches ou culotte d'incontinence, crème pour le corps, shampoing, désodorisant, savon de toilette, dentifrice et mouchoirs en papier, lavage, entretien normal de la literie personnelle et des vêtements

•  tout autre équipement utilisé à des fins thérapeutiques.

D'autres articles ou services qui peuvent être offerts ou non par l'établissement sont à la charge de la personne; coiffure, soins personnels, tabac et journaux, repas commandés à l'extérieur, téléphone ou téléviseur, réparation de vêtements.

C'est le ministère de la Santé et Services sociaux qui détermine le 1 er janvier de chaque année le coût mensuel des chambres. Voici les coûts au 1 er janvier 2007:

Chambres Prix par jour Prix par mois

chambre à un lit: 51.99$ 1 559.70$

chambre à deux lits: 43.46$ 1 303.80$

chambre à trois lits: 32.30$ 969.00$

Déduction pour le conjoint hébergé: 1 004.66$ par mois

Allocation pour dépenses personnelles: 179$ par mois

Si les revenus et ceux du conjoint sont insuffisants pour défrayer ces sommes, les économies des deux seront utilisées,

Après quoi, ce sera les biens: résidence principale, chalet, immeuble, terrain, automobile etc..

Pour toutes informations additionnelles, visitez le site web de la Régie de l'Assurance-Maladie: Programme de contribution financière des adultes hébergés.

Tel: 1 800 265-0765

LES RETRAITÉS LES PLUS HEUREUX DE LA PLANÈTE?

 C'est ainsi que se considèrent les personnes retraitées du Danemark selon un sondage récent. Cela est dû au fait que dans ce pays scandinave, le bien-être des personnes âgées est une priorité.

Le 1 er janvier 1998, une Loi est entrée en vigueur pour rendre obligatoire l'élection au suffrage universel d'un "conseil des aînés" dans chacune des 271 municipalités du pays. Composés de 7 membres, ces conseils consultatifs détiennent un droit de regard sur toutes les décisions concernant les retraités.

Le Danemark avec ses 5 millions d'habitants, est un pays très décentralisé. La politique à l'égard des personnes âgées et la gestion des maisons de retraite (celles-ci équivalentes à nos résidences privées pour personnes âgées) sont financées avec l'argent public. Ces maisons de retraite sont aménagées de façon à avoir l'aspect chaleureux de demeures privées.

Un président du "conseil des aînés" d'une municipalité moyenne attribue le succès de cette politique avant-gardiste au fait que ces organismes se sont imposés comme partenaires responsables de toutes les décisions regardant les trajets d'autobus, l'aménagement urbain pour faciliter la circulation des fauteuils roulants etc.. y compris la nécessité d'effectuer certaines coupes dans les budgets prévus pour les retraités.

Comme la gestion des maisons de retraite est onéreuse, le Danemark s'est fixé un objectif avec l'appui de ces "conseils des aînés" , : "rendre les retraités le plus autonome possible afin de retarder au maximum leur entrée dans des maisons de retraite". Dans cet ordre d'idée, une vaste politique sportive d'activités physiques et de stimulation intellectuelle maintiennent les personnes âgées en activité de manière à améliorer leur état de santé général. Tout cela répond à une volonté de réduire les dépenses publiques en favorisant le mieux-être des aînés et leur maintien à domicile.

En moins de dix ans, le nombre de maisons de retraite a été réduit de moitié, résultat de l'accent mis sur le maintien à domicile qui est beaucoup plus économique que le placement en maison de retraite. Aujourd'hui, 1 retraité sur 5 bénéficie chez lui d'une aide personnalisée gratuite.

Il faut dire que toute cette politique est appuyée d'une organisation nationale qui s'appelle "DaneÂge". Elle compte 500 000 adhérents et elle est devenue un acteur social aussi important que les partis politiques ou les syndicats. Son président, Bjarne Hastrup raconte: " Il y a 10 ans, j'appelais le ministre de la santé qui me donnait un rendez-vous un mois plus tard et , maintenant, c'est lui qui m'appelle pour me consulter".

Tout cela démontre qu'il y a ici, au Québec, passablement de travail à faire afin de nous concerter, mais surtout pour changer les mentalités.

Source: L'actualité, janvier 2004

LE SUICIDE CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES: C'EST SÉRIEUX!

L'AQRP, l'Association québécoise des retraités des secteurs publics et parapublics, dans son mémoire à la ministre Blais dans le cadre de la Consultation publique sur les conditions de vie des aînés, rapporte qu'en 2004, sur 1177 décès des personnes âgées de 50 ans et plus, on comptait 412 suicides, soit 35%.

Des régions du Québec, celle de la Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine est bonne première avec 11 décès par suicide sur 18, un taux de 61%. Elle est suivie par la Mauricie et Centre-du-Québec avec un taux de 50%. Si on excepte la Côte Nord et Laval avec 16% et 23% respectivement, dans l'ensemble des autres régions le taux de décès par suicide varie de 30% à 45%.

Aussi, dans la tranche des plus âgés (65 ans et plus) selon une étude de l'Institut de gériatrie de l'Université de Sherbrooke et de l'Université de Montréal, on a constaté entre 1977 et 1999, une augmentation des cas de suicide de 85.4%.

Ces données sont plus que préoccupantes et l'AQRP lance au gouvernement du Québec un cri d'alerte. Elle y va de plusieurs recommandations qui vont de la formation d'un personnel spécialisé à reconnaître les signes de détresse, jusqu'au développement de programmes de prévention s'adressant spécifiquement à l'entourage des personnes aînées suicidaires.

L'Association québécoise de prévention du suicide invite les personnes suicidaires et leur entourage à demander de l'aide au

   1-800 APPELLE.

ATTENTION RETRAITÉ(E)S: DES ÉCONOMIES D'IMPÔTS À VENIR!

À partir de l'année d'imposition 2007, cette année, les retraités peuvent transférer à leur conjoint jusqu'à la moitié de leur revenu de retraite pour fins d'impôts. Un fractionnement de revenu qui pourra permettre des économies d'impôt substantielles pour des couples de retraités.

Cette mesure qui s'applique tant au provincial qu'au fédéral sera très simple d'application. Aucun transfert d'argent de l'un à l'autre sera nécessaire. Au moment de la déclaration d'impôt, les conjoints détermineront ensemble les revenus de retraite à être fractionnés.

Les principaux revenus de pension admissibles:

•  Les prestations d'un régime de pension agréé (RPA), (tous les retraités);

•  Les prestations d'un régime de participation différée aux bénéfices, RPDB, (retraités de 65 ans et plus);

•  Les paiements provenant d'un fonds de revenu de retraite (FERR) ou d'un fonds de revenu viager (FRV), (retraités de 65 ans et plus);

•  Les paiements de rentes viagères en vertu d'un REER(excluant les simples retraits d'un REER), (retraités de 65 ans et plus).

Regardons deux cas hypothétiques:

Cas 1) M. Untel est un retraité qui reçoit une pension de 35 000$ et une rente RRQ de 7 500$. Mme Unetelle, sa conjointe est restée au foyer.

Ils décident de fractionner 50% de la rente de monsieur. Résultat: économie d'impôt de 2 200$ pour notre couple.

Cas 2) Monsieur et madame sont deux retraités. Ils reçoivent respectivement des rentes admissibles de 26 000$ dans un cas et de 17 000$ dans l'autre ainsi que 7 000$ et de 5 900$ de la RRQ. Ils décident de fractionner 4 500$ de la rente de monsieur pour équilibrer leurs revenus de retraite. Résultat: une économie d'impôt de 125$ pour le couple.

Il faudra surtout ne pas oublier de faire le fractionnement lors de la préparation de la déclaration d'impôt, parce que le ministre du revenu ne le fera pas pour nous.

Source: "Le Soleil" 10 sept 2007. J. Courchesne; Placement et Trust Eterna

UN PEU D'HUMOUR

La rentrée des classes

Jean-Guy n'aime pas l'école et il n'affectionne pas particulièrement les devoirs. Après quelques jours de la nouvelle année scolaire, la maîtresse n'a pas réussi à gagner le cœur de Jean-Guy: il ne l'aime pas plus qu'il aime fréquenter l'école.

Un matin, la maîtresse veut tester la connaissance des élèves de sa classe sur les animaux. Elle demande donc aux élèves de nommer la femelle des animaux ainsi que le nom des petits à qui elles donnent naissance.

  "Quelle est la femelle du canard? demande-t-elle. "La cane" répond une fille assise en avant de la classe. " Bien!" dit la maîtresse. " Et qu'est-ce qu'elle donne la cane?" "Des canetons" dit la même jeune fille.

"Bien! Maintenant, dites-moi quelle est la femelle du chat?"

"La chatte" répond un garçon. " Très bien! dit la maîtresse.

"Et qu'est-ce qu'elle donne la chatte?" "Des chatons" dit le garçon.

La maîtresse continue ainsi avec le cheval, le coq, etc.. Toutes les réponses sont excellentes. Elle demande maintenant: "Quelle est la femelle du chien? Jean-Guy, costaud et renfrogné assis derrière la classe, décide de répondre: "La chienne" dit-il. "Très bien Jean-Guy" dit la maîtresse.

"Et dis-moi, maintenant, qu'est-ce qu'elle donne la chienne?"

"Des devoirs" dit Jean-Guy.

Articles:
Maurice Boucher  
Correction:
Dolorès Richard  
Conception:
Jean-Guy Racine