La Force des sages  Liste des sections
 Journaux des sections
 www.aqdr.org
Bulletin électronique mensuel de l'AQDR
numéro 10
septembre 2007
 

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA MINISTRE RESPONSABLE

DES PERSONNES AÎNÉES MADAME MARGUERITE BLAIS

Dans le cadre de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés

Le mémoire de l'AQDR sera présenté à la ministre le 25 octobre prochain 

et sera sur notre site web; www.aqdr.org dès la semaine prochaine,soit  le 6 septembre

LE NOMBRE GRANDISSANT D'AÎNÉS: UNE MENACE POUR

LES COÛTS DU RÉGIME D'ASSURANCE-MALADIE?   FAUX!

François Béland, Un. de Montréal

Une recherche dont les résultats ont été publiés dans le Journal de l'Association médicale canadienne (JAMC), vient clore le bec de ceux qui prétendent que le nombre grandissant de personnes âgées fera exploser notre régime d'assurance maladie.

Selon l'auteur de la recherche, François Béland, professeur à la faculté de médecine de l'Université de Montréal; "Jusqu'à aujourd'hui, le régime d'assurance-maladie a bien absorbé le choc causé par le vieillissement de la population, et rien ne montre qu'il ne pourra pas continuer à le faire". Dans le rapport de recherche publié le 3 juillet dernier dans le JMAC, en pourcentage des recettes de l'État, les dépenses du régime d'assurance-maladie ont diminué de 24.3% à 23.9% au cours de la période de 1975 à 2005. Pourtant, depuis la création du régime en 1970, le nombre de québécois de 65 ans et plus a doublé. M. Béland rappelle donc que les dépenses du régime ont augmenté moins vite que les recettes de l'État. Il considère donc comme un mythe et une erreur de calcul la prétention que le régime d'assurance-maladie universel est non viable. M. Béland conteste les méthodes de calcul utilisées par le ministère des Finances du Québec qui indique dans un récent document que les dépenses gouvernementales pour les soins de santé ont fortement augmenté, soit de 33% à 38% en 10 ans. " Faux", dit le chercheur, " on laisse croire que c'est le régime d'assurance-maladie à accès gratuit aux hôpitaux et aux médecins qui est responsable, alors que ce qui coûte de plus en plus cher, ce sont les activités qui ne sont pas payées uniquement par le gouvernement, mais par les gens et les compagnies d'assurance privées, comme les médicaments." "Comment peut-on prétendre que le gouvernement dépenserait moins en faisant une plus grande place au privé? C'est justement dans le secteur où le privé est présent que les dépenses augmentent. Les dépenses pour les médecins et les hôpitaux, là où le privé est presque totalement absent, n'augmentent pas." Selon Statistique Canada, comme le rapporte l'étude, les dépenses consacrées aux soins de santé au Québec au cours des années 1990 sont demeurées constantes ou ont diminué en proportion des recettes gouvernementales.

" Si, selon M. Béland, des personnes font des mauvais calculs pour dépeindre la situation passée et présente, on se demande pourquoi on les croirait lorsqu'elles prédisent un avenir catastrophique pour le régime"

Source: La Presse, 12 juillet 07 - André Noël

 

"LE PARLEMENT DES SAGES": L'AQDR SE FAIT VALOIR

L'air de rien, par le Parlement des Sages, l'AQDR s'exprime, prend position et défend par le fait même ses orientations et sa mission.

Du 10 au 13 septembre prochain, pour une huitième année consécutive, une centaine de bénévoles de l'AQDR, de toutes les régions du Québec, se transformeront en députés et ministres et occuperont leurs sièges au Salon bleu de l'Assemblée nationale.

Ces députés et ministres seront peut-être de faux politiciens pour les circonstances et nous pourrions croire qu'ils jouent la comédie et que tous ces échanges sont une simple simulation. Mais, attention, à la lecture des deux projets de Loi qu'ils étudieront, rien n'est plus sérieux.

En effet, à la huitième législature du Parlement des Sages, les trois partis politiques participeront à l'examen pour adoption, de projets de Loi hautement pertinents et très collés à la réalité contemporaine. Le premier projet pour protéger l'environnement et promouvoir le développement durable, et le deuxième, pour favoriser la participation citoyenne en misant sur l'exercice des droits et devoirs des citoyens.

  Discours d'ouverture de la session par le premier ministre Norbert Rodrigue, réplique des deux chefs des partis d'opposition, période de questions, déclarations ministérielles, commissions parlementaires pour l'étude en détails des projets de Loi: tout y est comme dans la vraie vie et les gens sont des plus sérieux.

Une bonne partie de cet évènement est télédiffusée sur le canal de l'Assemblée nationale dont le numéro sur le câble diffère d'une région à l'autre. Une invitation à ne pas manquer.

UN MÉMOIRE DE L'AQDR À LA COMMISSION  BOUCHARD-TAYLOR

À propos des fameux "accommodements raisonnables"

L'AQDR est préoccupée par ce problème qui a fait surface au printemps dernier, coïncidant avec la campagne électorale et qui depuis, fait toujours couler beaucoup d'encre .

Ce problème de société concerne l'ensemble de la population, y compris les aînés. Il a donc été convenu au conseil d'administration de l'AQDR de présenter un mémoire à la Commission de consultation mise sur pied par le gouvernement pour trouver des solutions aux difficultés soulevées par certains évènements liés aux différences culturelles.

La Commission, coprésidée par M. Gérard Bouchard, historien et sociologue et M. Charles Taylor, auteur et philosophe, entreprendra son travail dès le début de l'automne et visitera 17 régions du Québec y invitant tous les groupes ou toutes les personnes qui y trouvent intérêt à se faire entendre.

Messieurs Bouchard et Taylor, dans un point de presse, ont informé la population qu'ils avaient eux-mêmes élargi leur mandat pour examiner la politique d'immigration et l'intégration des immigrants, l'identité québécoise, la laïcité, la Charte des droits, la diversité culturelle etc..

La Force de Sages est en accord avec le projet de mémoire dont elle a pris connaissance, mais, des questions se posent. Qu'est-ce qui est raisonnable ou ne l'est pas? Quelles sont les limites du raisonnable? Dans le monde des aînés, on peut s'attendre qu'on parle de: gros bon sens, de ce qui est honnête et modéré, de ce qui est judicieux et sage, de ce qui est logique etc…

Autres questions: Quelles seront les conclusions et recommandations de cette Commission sur une si délicate question qui soulève des passions à fleur de peau?

En quoi arrivera-t-elle à solutionner les problèmes soulevés en tenant compte qu'ils relèvent en grande partie de croyances religieuses?

Bonne chance Messieurs les commissaires! Notre collaboration vous est assurée, nous en avons pour 5 millions$.

LES PRÉ-ARRANGEMENTS FUNÉRAIRES: PAS TRÈS JO-JO, MAIS IL FAUT EN PARLER.

Peut-être existe-t-il des statistiques sur les cas de décès avec et sans arrangements funéraires, mais il y a là une démarche à faire qui comporte beaucoup d'avantages.

La vie est chère, mais la mort aussi. Bien des facteurs font augmenter le coût de la vie. Eh bien, les coûts des biens et services à assumer pour des funérailles augmentent pour les mêmes raisons. Il y a cependant un facteur qui joue un rôle considérable dans les coûts d'achat des services funéraires après le décès: c'est "l'émotion". Il n'est pas question ici de traiter d'abus de la part de certaines maisons funéraires qui savent profiter de ce moment "d'émotion"; nous pourrons regarder cette question à une autre occasion. Mais, nous connaissons tous cette situation pour l'avoir vécue dans notre famille. Qu'on le veuille ou non, que le représentant de la maison funéraire se comporte de quelque façon que ce soit, l'émotion pèse fort dans la balance. Voyons les avantages des pré-arrangements;

•  On n'est jamais mieux servi que par soi-même. Ce sont mes funérailles. Je serai au centre de tout ce qui va se passer, il est donc normal que j'en décide moi-même.

•  Comme à mon décès tout sera gelé, mon compte en banque et le reste, j'évite à ma famille d'avoir à débourser pour tout ce qui tourne autour de l'évènement.

•  Comme mon testament n'est lu généralement qu'après mes funérailles, comment ma famille pourra-t-elle respecter mes volontés relatives à mon décès.

•  Et au moins, les membres de ma famille ne se chicaneront pas sur ces conditions car ils sauront à quoi s'en tenir.

•  Avec mes pré-arrangements déjà payés, le gouvernement ne pourra épuiser cet argent en cas d'hébergement dans un CHSLD. •  En cas de faillite ou de divorce (on ne sait jamais), personne ne pourra toucher à mes pré-arrangements

Il vaut la peine d'y penser. Au fait, y-a-t-il des inconvénients? Faites nous les valoir:

LES DONS D'ORGANES ET TISSUS : L'AUTORISATION DU PRÉLÈVEMENT

Sauver une vie? On est tous d'accord. Consentir à un don d'organes? Hum!! Certains sont hésitants. Pourquoi? La logique ou le bon sens ne dominent pas toujours la décision. C'est peut-être la vie de l'un ou de l'une de nous dont il est question! Un accident cardiaque, c'est vite arrivé.

Il serait intéressant de nous interroger sur le mode qu'avait suggéré madame Thérèse Levesque-Dionne dans une lettre qu'elle avait adressée au premier ministre et au ministre de la Santé alors que son fils, Philippe Dionne âgé de 49 ans, le père de ses 3 petits fils, était à l'article de la mort.

Résumons cette lettre:

"Je fais appel à vos coeurs de pères, écrivait-elle, v ous devriez faire voter une loi qui autoriserait le prélèvement de tout organe ou tissus de tout donneur potentiel, à moins qu'il ait, de son vivant, signé son refus "

Comme on le sait, pour faire un tel don à notre décès, il faut avoir donné son consentement en signant sa carte soleil ou s'être inscrit au registre de consentement au don d'organe.

Heureusement, quelques jours plus tard, M. Dionne qui était en attente d'une double greffe coeur-foie, a reçu d'un donneur ce qui allait lui sauver la vie. Aujourd'hui, à 53 ans, il est en parfaite santé: il fait régulièrement des exercices physiques et il s'apprête à reprendre son travail

Le foie de M. Dionne s'était rapidement détérioré alors qu'il était en attente d'une greffe du coeur et il avait 70% de risque de mourir si on lui avait fait seulement une greffe cardiaque.

Mais si nous revenons à la touchante lettre de madame Levesque-Dionne adressée à Jean Charest et Philippe Couillard: serait-ce un pensez-y bien?

Nous reviendrons bientôt à la santé du coeur sur laquelle la médecine fait des progrès remarquables.

Vous pouvez nous écrire à info@aqdr.org

Réf. LA PRESSE; 24 février 2007.

UN PEU D'HUMOUR

Un homme roule avec sa voiture sur une route de campagne. Soudain, il connaît une panne de moteur. Il descend de l'auto pour chercher le trouble, quand tout à coup il aperçoit une vache près de lui: "Votre trouble est probablement dans le carburateur" lui dit la vache.

Ahuri, l'homme part vers la maison du cultivateur et lui raconte l'affaire.

"Est-ce que c'était une vache grosse et rousse avec une tache brune au dessus de l'œil droit?" lui demande le fermier.

"Oui, oui" répond l'homme

"N'écoutez pas ce que vous dit Berthe" dit le fermier " elle ne connaît rien aux automobiles"

Articles:
Maurice Boucher  
Correction:
Dolorès Richard  
Conception:
Jean-Guy Racine